Un plan de naissance en Tanzanie : la sécurité avant tout !


Un plan de naissance pour une future maman en occident lui demande de se décider, de préférence avec le papa, sur des questions comme : de quel niveau de confort ai-je besoin, et que puis-je me permettre (financièrement) ? Quel type d’accouchement souhaité-je? Couchée, assise, accroupie? Pourquoi pas dans une baignoire ? Un peu de musique pour m’apaiser ? Mais quelle musique? Et est-ce que je coche déjà que je veux une épidurale ou pas?

Bien sûr, ce plan d’accouchement ‘confort’ comprend aussi des questions essentielles comme la date prévue de naissance, le choix de l’hôpital ou de la clinique, quel obstétricien ou quelle sage-femme accompagnera l’accouchement, et une liste d’affaires à emporter pour soi-même et son enfant au moment de partir pour l’hôpital.

Tournons maintenant notre regard vers la Tanzanie. Pour une maman ou un couple qui attend un enfant dans une région rurale, un plan de naissance aborde des choix plus essentiels. Il s’agit de décisions et d’actions d’importance vitale pour la mère comme pour l’enfant. Il est donc davantage question de sécurité que de confort. Ce plan guide la maman ou les futurs parents à travers les questions suivantes :

  • Dans quel hôpital ou clinique allez-vous accoucher ?
  • ‘Combien cela coutera-t-il au total (transport, affaires à apporter, prix de l’accouchement) ? Avez-vous commencé à mettre de l’argent de côté en prévision de ces dépenses?’

Car si les accouchements sont officiellement gratuits en Tanzanie, la plupart des centres hospitaliers souffrent de pénurie et manquent de matériel essentiel pour une urgence obstétrique, voire même pour les accouchements normaux. Cela va des médicaments, gants chirurgicaux et seringues au linge. Alors on demande aux femmes et leurs familles d’apporter ce qui manque.

  • ‘Qui va vous accompagner à l’hôpital? Votre mari, maman, voisine, amie ou belle-sœur ?’

Il est de plus en plus courant que le futur père accompagne sa femme à la clinique en milieu urbain, mais ça ne l’est pas encore dans les régions rurales. Le gouvernement l’encourage, et l’équipe de JamboMama! pense également qu’il y a beaucoup à gagner dans l’implication des futurs papas dans l’attente de l’enfant, pour mieux protéger la grossesse, planifier la naissance et accueillir l’enfant dès le début. Mais il n’est pas question de paroles ou d’actions coercitives, nous souhaitons seulement faciliter cette démarche. JamboMama! est un outil moderne et démocratique pour stimuler le progrès. Il n’est pas fait pour forcer un changement socio-comportemental.

  • Rappel explicatif des signes de danger pendant la grossesse, l’accouchement et après l’accouchement, et des actions requises par cas.
  • ‘Où va dormir le bébé les premières semaines de sa vie? Avez-vous une boîte en carton propre, un grand tiroir ou un panier qui puisse servir de berceau pour les premiers mois?’

Dr Magoma, un gynécologue-obstétricien Tanzanien et conseiller de JamboMama! nous a expliqué que ce n’est pas une question abordée dans les plans de naissance en vigueur en Tanzanie, car le bébé dort toujours avec sa maman, favorisant l’attachement entre la mère et son enfant. Les risques d’étouffement sont considérés négligeables en comparaison, sauf sur contre-indication médicale explicite (mère épileptique, par exemple). Mais les temps changent et l’évaluation du risque versus l’avantage affectif est peut-être en train de changer avec. Cette question sera posée aux ateliers de formation des usagers de JamboMama!. Si les futurs usagers la trouvent sans importance, cette question ne sera pas intégrée dans l’écran traitant du plan de naissance.

  •  ‘Visitez l’hôpital, la clinique ou le dispensaire que vous avez choisi pour votre accouchement au moins une fois avant d’accoucher, pour faire la connaissance du personnel qui assistera à votre accouchement.’

Ce conseil est également absent du plan de naissance en vigueur en Tanzanie, nous a expliqué Dr. Magoma. Toutes les femmes sont censées s’être rendues une fois au moins à la maternité pour une visite prénatale. Mais s’il s’agit d’une femme qui habite loin des services médicaux (et c’est précisément la femme cible de notre projet), elle a eu ses examens prénataux dans des cliniques mobiles loin de l’hôpital. Elle n’aura donc ni visité son lieu d’accouchement choisi, ni rencontré le personnel de cette maternité. Ce conseil représenterait une innovation, et de ce fait sera soumise à la décision des groupes d’usagers.

  • Le plan de naissance aborde aussi les soins essentiels dont la mère et son nouveau-né ont besoin juste après l’accouchement : On explique aux mamans ou aux couples ces soins et gestes essentiels, mais aussi comment nourrir le nouveau-né, insistant sur l’allaitement maternel exclusif les premiers six mois. Les signes de danger chez le nouveau-né sont également indiqués.

Puisque les soins postnatals forment le maillon le plus faible dans la chaîne de la fécondation à la survie en bonne santé du couple mère/enfant, cette section de l’écran pose un vrai défi de conceptualisation. Il sera peut-être même nécessaire de créer un écran spécial dédié aux soins post-nataux.

Chaque écran doit renvoyer à des soins véritablement disponibles et accessibles pour la mère. Avant d’activer un écran, JamboMama! doit donc vérifier si le service conseillé est disponible. Cette exigence représente un défi plus important encore pour les écrans qui traitent des soins post-nataux.

Une recherche effectuée par Dr. Magoma et ses collègues a démontré que l’élaboration d’un plan de naissance adéquat conduisait vers une demande plus fréquente d’assistance médicale qualifiée pour la naissance (au lieu d’un accouchement à domicile), vers une meilleure utilisation des services qualifiés postnatals et d’emblée, vers une conscience accrue de l’importance de soins qualifiés, de conseils pertinents et d’une bonne surveillance tout au long de la grossesse et les deux premiers mois suivant l’accouchement.*

Cet écran doit encore être conçu. La conception d’un écran coûte environ 400 euros. Aidez-nous à le créer ! 

Un écran sur les soins postnatals coûtera également 400 euro pour la conception technique. À vous de jouer !

* Source: Trop Med Int Health. 2013 Apr;18(4):435-43. doi: 10.1111/tmi.12069. Epub 2013 Feb 5.
The effectiveness of birth plans in increasing use of skilled care at delivery and postnatal care in rural Tanzania: a cluster randomised trial. Magoma M, Requejo J, Campbell O, Cousens S, Merialdi M, Filippi V.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *